Solaire thermique

Le soleil peut assurer, dans notre région jusqu’à 70 % de la production d’eau chaude sanitaire d’une famille. Ces systèmes solaires thermiques peuvent également couvrir 20 à 40 % des besoins annuels de chauffage.

 

Diminuer d’abord vos besoins !

Le dimensionnement d’une installation solaire dépend des besoins en énergie. Dans le cas d’un chauffe-eau solaire, il est conseillé de réduire ses besoins en eau à l’aide de dispositifs hydro-économes. Dans le cas d’un système de chauffage solaire, il est recommandé de d’abord diminuer ses besoins de chauffage avec l’isolation.
 
 

Le Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI)

Capter l’énergie solaire

cesi ademe

Source ADEME

Le capteur (1) piège l’énergie solaire dans le but d’échauffer de l’eau qui circule dans un tube métallique. De préférence orienté plein sud et incliné de 45°, il peut néanmoins avoir une orientation allant de sud-est à sud-ouest et une inclinaison entre 30 et 60°. Il existe aussi des capteurs sous vide ayant un meilleur rendement.
 

Transporter et restituer la chaleur

Un circuit (2) collecte la chaleur puis l’achemine vers un ballon de stockage (5) rempli d’eau pour lui céder sa chaleur via un échangeur de chaleur (3). Il ressort refroidi puis retourne vers le capteur (4).
 

Stocker et distribuer la chaleur

Le ballon de stockage (5) permet donc de stocker la chaleur produite. L’eau chaude délivrée au robinet est immédiatement remplacée dans le ballon par l’eau froide du réseau (6).
 

Pallier l’insuffisance d’ensoleillement

Pour pallier aux intermittences et aux défauts d’ensoleillement, un dispositif d’appoint prend le relais en cas de besoin. Il peut s’agir d’une résistance électrique ou d’un échangeur (11) raccordé à une chaudière (12). Dans certains cas, le ballon existant peut être conservé pour servir d’appoint.

Dans un ballon, la répartition des températures n’est pas uniforme : elle est plus élevée en haut, où l’eau est soutirée. Ainsi en plaçant l’appoint en partie haute, il ne réchauffe cette partie seulement quand cela est nécessaire.

 

 

Se chauffer grâce au soleil : le Système Solaire Combiné (SSC)

Les SSC conviennent aux régions froides et ensoleillées, il en existe deux grands types.
  • Système à accumulation : la chaleur est stockée dans un ballon de 500 à 2 000 litres, puis elle est diffusée dans la maison grâce à des radiateurs fonctionnant de préférence à basse température ou un plancher chauffant.
  • Le Plancher Solaire Direct (PSD) : le liquide arrivant chaud des capteurs circule directement dans la dalle.

Source : Ademe SSC à accumulation (à droite) et PSD (à gauche). En vert : circuit où circule l’antigel. En jaune : circuit où circule l’eau chaude de chauffage. En rouge : circuit d’eau chaude sanitaire.

 
Pour le chauffage aussi un appoint s’impose. Il peut être totalement indépendant de l’installation solaire : cheminée, poêle à bois, convecteur électrique… Il peut aussi être couplé : chaudière, résistance électrique… ainsi la régulation peut gérer la mise en route et l’arrêt de l’appoint en fonction de l’ensoleillement et des besoins.

 

Les démarches administratives préalables

Dans le cadre d’une construction neuve, il est préférable d’intégrer ce projet dans le permis de construire.
Pour un bâtiment existant, une déclaration préalable de travaux suffit.

Attention ! Renseignez-vous, il peut exister dans votre commune des dispositions particulières concernant l’aspect et la couleur des toitures. Si vous habitez près d’un monument historique ou dans un site protégé, l’avis des Architectes des Bâtiments de France peut être nécessaire. 

 

 

Pour aller plus loinqualibois

Agence Locale de l'Energie