Comment récupérer l’eau de pluie ?

L’arrêté du 21 août 2008 restreint l’utilisation de l’eau tombée du ciel aux usages extérieurs, aux toilettes et au lavage des sols. L’utilisation dans le lave-linge est autorisé dans un cadre expérimental.  

La récupération

L’eau de pluie qui tombe sur la toiture est canalisée vers la descente de gouttière (B) reliée à la cuve (A). Un séparateur de feuilles installé sur la descente effectue un premier filtrage grossier.

La filtration

L’eau qui arrive dans la cuve passe par un filtre plus fin (C). L’eau propre coule dans un dispositif anti-remous amenant l’eau dans la cuve sans la brasser et les impuretés sont évacuées à l’égout (D).

Source image : ALE Lyon  

La cuve

Que l’utilisation de l’eau soit intérieure ou extérieure, ce sont les mêmes cuves qui sont proposées. La différence réside dans les volumes et les équipements (filtres, pompe …). La cuve doit être entièrement vidangeable et il est nécessaire qu’elle soit équipée d’un système d’aération (G) ainsi que d’un trop plein (H) connecté à l’égout.

Les cuves extérieures :

Ces cuves installées près de la descente de gouttière, sont destinées aux faibles volumes et à une utilisation extérieure (à l’exception des cuves souples). Elles sont vidangées en hiver pour éviter le gel et doivent être équipées d’un couvercle verrouillable pour protéger l’eau des UV et par souci de sécurité (risque de noyade). La gamme va de la simple bassine à des cuves plus esthétiques en bois, en briques ou en forme de jarre par exemple.

Sources images : ” Récupérer l’eau de pluie ” – Sylvie Luneau – ULMER et 3P Technik.

Les cuves enterrées :

Ces cuves sont en général destinées aux stockages importants à usage domestique. Outre l’absence d’impact visuel, l’intérêt de cette solution est que l’eau est conservée à l’abri de la lumière et à la température du sol. Cela évite le développement bactérien et le risque de gel (d’où une utilisation possible toute l’année). Elles ne doivent pas être placées loin de la maison, en général entre 2 et 10 m et doivent être équipées d’une trappe de visite.

Une analyse du sol est nécessaire. Par exemple, en terrain humide (zone inondable, nappe phréatique) ou argileux, les cuves peuvent se déplacer ou se déformer. Lors de l’installation d’une cuve enterrée, informez-vous auprès du service urbanisme de votre mairie, de la compatibilité avec les caractéristiques du sol. De plus, pour éviter les déformations, la cuve doit être posée sur un lit de sable d’environ 20 cm. En cas de passage ou de stationnement de voitures sur la cuve, il est préférable de réaliser une maçonnerie complémentaire.

Comment dimensionner la cuve ?

 

La distribution

Pour le jardin, le puisage de l’eau se réalise par un robinet présent sur les réservoirs aériens. Et pour les cuves enterrées, le pompage peut être effectué par une pompe à main placée juste à côté ou par une pompe électrique.

Pour une utilisation dans l’habitat, l’eau est extraite de la cuve par une station de pompage (E) à l’aide d’une crépine d’aspiration (F) reliée à un flotteur, ce qui permet de prélever l’eau à la hauteur où elle est la plus propre : 10 cm en dessous de la surface. Lorsque la cuve est vide le système bascule automatiquement sur le réseau d’eau de ville.

    Source image : Récupérer l’eau de pluie” – Sylvie Luneau

Dès que l’eau de pluie est récupérée pour un usage domestique, il est nécessaire de doubler le réseau de distribution d’eau dans le bâtiment, les canalisations et les robinets de soutirage d’eau de pluie devant être identifiés par une signalétique “eau non-potable “.

Un niveau supérieur de filtration peut être obtenu pour une utilisation domestique en plaçant par exemple à la sortie du groupe de pompage un filtre à sédiment et un filtre à charbon actif. Le filtre à sédiment est installé en premier, il enlève les matières en suspension et les plus grosses bactéries par une filtration mécanique. Quant au filtre à charbon actif, il permet d’éliminer les odeurs indésirables, ainsi que les polluants chimiques et les métaux lourds.

La disconnection

 

La présence d’un disconnecteur est obligatoire pour éviter tout risque de passage de l’eau de pluie dans le réseau d’eau de ville, cela conformément à la norme EN 1717.


Pour aller plus loin

Agence Locale de l'Energie