L’isolation par l’intérieur

Isolation par l’intérieur. Source image : Ademe

Les complexes de doublage 

Ces panneaux composés d’un isolant recouvert d’un parement en plâtre avec éventuellement un pare-vapeur, offrent un gain de temps car la pose s’opère en un seul produit. On les utilise lorsque les murs sont sains et plats.
 
 
 
 
 

Source image : Isover

L’isolation avec ossature

Si vos murs sont irréguliers ou dégradés, l’isolation avec ossature est une solution. L’isolant est installé et maintenu entre les éléments d’une ossature (métallique ou en bois). Pour éviter qu’il ne se tasse, on utilise généralement des panneaux semi-rigides. De plus, si l’isolant est perméable à la vapeur d’eau, il convient d’utiliser un pare-vapeur. La structure pourra recevoir les plaques de plâtre qui seront visées dessus. La distribution des réseaux d’électricité est facilitée puisqu’elle peut se faire entre l’isolant et le parement.

 

 

 

 

Source image : Ademe

L’isolation avec contre-cloison

L’isolant est fixé mécaniquement ou collé contre le mur et masqué par une contre-cloison. Si l’isolant est perméable à la vapeur d’eau, il faut prévoir également un pare-vapeur. La contre-cloison, dont l’épaisseur est généralement de 5 cm, peut être réalisée en divers matériaux comme les briques plâtrières, des carreaux de plâtre ou des carreaux de béton cellulaire. L’avantage de cette solution adaptée également aux murs irréguliers est la création d’une maçonnerie en dur côté intérieur permettant d’apporter de l’inertie thermique. De plus, les charges admissibles pour les fixations sont plus importantes.
Agence Locale de l'Energie