Chauffage et eau chaude sanitaire

Un système de chauffage est composé de plusieurs éléments : production de chaleur (chaudière…), transport (canalisations, gaines…), diffusion (radiateurs, planchers chauffants…) et régulation.

Les systèmes de chauffage sont multiples tant de par les sources d’énergie utilisées (gaz, électricité, bois…) que par les systèmes de production de chaleur (chaudière, pompe à chaleur…).

Afin d’obtenir un chauffage de qualité, le système doit être adapté aux besoins du logement (puissance de la production, taille des émetteurs…) et pouvoir être régulé en fonction de la demande des occupants, notamment grâce à des robinets thermostatiques (lien doc ALE) et par un thermostat d’ambiance (lien page régulation).

 

Le chauffage au gaz

Le chauffage au gaz se fait grâce à une chaudière, les chaudières récentes étant le plus souvent à condensation bien que d’autres modèles soient toujours disponibles sur le marché.

 

Chaudière basse température

Une chaudière basse température chauffe l’eau du circuit de chauffage entre 50 et 70°C, voire 35°C, contre 80 à 90°C pour une chaudière standard. Il y a donc moins de pertes thermiques. Cette différence dans le fonctionnement permet un meilleur rendement et donc une économie de l’ordre de 12 à 15 % sur l’année, par rapport à une chaudière standard moderne.

 

Chaudière à condensation

chaudiere a condensation

Principe de fonctionnement d’une chaudière à condensation. Source image : Hippocampe/Ademe EIE

Sur une chaudière standard, la combustion de l’énergie (fioul, gaz…) s’accompagne de l’émission de gaz chauds contenant de la vapeur d’eau. Evacués vers l’extérieur, ces gaz sont sources de déperditions calorifiques.
Le principe de la chaudière à condensation est de récupérer une partie de l’énergie, dite « chaleur latente », contenue dans cette vapeur d’eau.

 

Pour extraire ces calories, la chaudière utilise un procédé de condensation de la vapeur d’eau en utilisant l’eau du circuit de chauffage qui revient des radiateurs ou du plancher chauffant, pour être réchauffée par la chaudière.

 

Ainsi, elles permettent de réaliser une économie de 15 à 20 % par rapport à une chaudière standard récente, voir 30 à 40 % par rapport à une chaudière des années 80. Ces chaudières sont également plus écologiques : moins de combustibles consommés, c’est aussi moins de gaz carbonique et d’oxydes d’azote émis !

 

Pour optimiser le rendement d’une chaudière à condensation, la température de retour de l’eau du circuit de chauffage doit être la plus basse possible. Il convient donc d’associer la chaudière à condensation à des émetteurs de chaleur fonctionnant à basse température. C’est le cas d’un plancher chauffant récent, de radiateurs « chaleur douce » ou de radiateurs « classiques » se trouvant surdimensionnés suite à des travaux d’isolation du logement.

 

Évolution réglementaire

Depuis septembre 2015 et la mise en application de directives européennes Éco-conception (ou Écodesign) et Étiquetage, de nombreux systèmes de chauffage, dont les chaudières, doivent être munis d’une étiquette énergie. Cette étiquette permet de connaître l’efficacité énergétique du produit notamment grâce à la classe d’efficacité énergétique.

Cette étiquette se présente sous la forme suivante.Etiquette énergie

Suite à cette évolution de la réglementation, les chaudières non condensation ne seront, à quelques exceptions près, plus fabriquées après le 26 septembre 2015.

 

Cependant dans certains cas, l’installation de chaudières à condensation peu se heurter à des problèmes techniques, principalement du fait de la spécificité des conduits d’évacuation. Dans ce cas, dans les immeubles collectifs, le remplacement des chaudières les plus anciennes par de nouvelles chaudières non condensation sera toujours autorisé. Il s’agit par exemple des systèmes VMC-gaz raccordé sur conduit collectif.

 

Pour aller plus loin

 

Les systèmes de chauffage électrique

Il s’agit à la fois des systèmes de radiateurs électriques mais également de systèmes pompes à chaleur (les spécificités des systèmes de pompes à chaleur sont développés dans la partie dédiée aux systèmes de chauffage utilisant des énergies renouvelables)

Pour vous aider dans le choix de vos radiateurs électriques vous pouvez consulter les documents suivants :

 

Les systèmes de chauffage utilisant des énergies renouvelables

Les systèmes de chauffage au bois : poêle à bois buches ou granulés, insert, chaudière à bois bûche ou granulés…

 

Les systèmes de pompe à chaleur : air/air, air/eau, géothermique ou utilisés pour produire uniquement de l’eau chaude sanitaire…

 

Les systèmes utilisant l’énergie du soleil : les systèmes solaires combinés mais également les chauffe-eau solaires…

 

L’eau chaude sanitaire

Quel que soit l’énergie utilisée, la production d’eau chaude sanitaire peut se faire de trois façons : instantanée, semi-accumulation ou accumulation.

 

Systèmes instantanés

chauffe eau modifié

Chauffe eau modifié. Source image : ALE Montpellier

Dans le cas des systèmes instantanés l’eau chaude sanitaire est produite à la demande, il n’y a pas de ballon de stockage.

Avantages :

  • encombrement très faible,
  • bon rendement énergétique (pas de perte de stockage d’eau chaude),
  • limite les problèmes de légionelles.

Inconvénients :

  • puissance nécessaire élevée obligeant à disposer d’une chaudière de forte puissance,
  • difficultés à satisfaire une forte demande et des puisages simultanés sur différents points d’eau : cela se traduit par des jets d’eau froide subits dans la douche par exemple, ou de l’eau tiède au robinet lorsque la douche fonctionne,
  • temps d’attente : minimal lorsque la chaudière est à proximité de la pièce d’eau, plus long si elles sont à distance (> 8 mètres).

 

Systèmes semi instantanés

Dans le cas des systèmes à micro-accumulation ou semi instantanés, la production d’eau chaude sanitaire instantanée est associée avec un ballon de stockage de faible contenance (30 L maximum)

Avantages :

  • moins de puissance qu’une production instantanée,
  • meilleure stabilité de la température.

Inconvénients :

  • moyennement encombrant,
  • nécessite une certaine surpuissance au niveau de la chaudière,
  • relativement coûteux.

 

Systèmes à accumulation

ballon d'eau chaude_modifié2 BdefDans le cas des systèmes à accumulation, l’eau chaude sanitaire est réchauffée au sein d’un ballon de stockage d’une contenance entre 150 et 400 L pour un foyer moyen.

Avantages :

  • simple,
  • très grande régularité des températures.

Inconvénients :

  • encombrement plus important,
  • rendement plus faible dû aux pertes liées au stockage de l’eau,
  • reconstitution du stockage longue,
  • risque plus grand de développement de légionelles si l’entretien n’est pas rigoureux.

 

Pour aller plus loin

Agence Locale de l'Energie