Quel matériau choisir pour isoler ses combles perdus ?

isolation des combles perdus par soufflagePourquoi Madame Emilie P. a consulté l’ALE ?

Madame P. et son conjoint habitent depuis 30 ans dans une maison qu’ils ont fait construire. Chauffée avec une chaudière à gaz, la maison est peu isolée et donc assez énergivore : la facture s’élève à 1 500 € de gaz par an, pour 150 m2 habitables. Dans un premier temps, ils envisagent d’isoler les combles perdus, qui sont aujourd’hui isolés avec une dizaine de centimètre de laine minérale, posée à la construction de la maison.

 

Madame Emilie P. a appelé l’Espace Info Énergie pour savoir quel type de matériau pouvait être utilisé pour isoler ses combles perdus, pour une efficacité maximale, et un coût raisonnable.

 

Que lui avons-nous apporté ?

Le conseiller Info Énergie a pu apporter les premiers critères pour choisir un matériau isolant :

  • La résistance thermique: ce critère technique, noté « R » (exprimée en m2K/W), traduit directement l’efficacité d’un isolant. Elle dépend de l’épaisseur du matériau, et de sa conductivité thermique, notée λ.
    → Plus la valeur de R est élevée (pour une épaisseur donnée), plus le matériau est isolant.
    Pour l’isolation des combles perdus, il est nécessaire d’atteindre R = 7 m2K/W pour une très bonne isolation et pour bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique.
  • La nature de l’isolant : les principaux matériaux isolants peuvent être d’origine synthétique (polystyrène, polyuréthane, etc.), minérale (laine de verre, laine de roche, etc.) ou végétale (ouate de cellulose, fibre de bois, etc.). En fonction de leur nature, ces matériaux n’auront pas les mêmes propriétés en terme de résistance à la vapeur d’eau et de densité, par exemple.
  • La technique de pose peut différer en fonction du type de matériau choisi : soufflé en vrac, pose de rouleaux ou de panneaux. Le soufflage est particulièrement adapté aux combles perdus, et permet une pose homogène.

 

Et les matériaux naturels ?

Certains matériaux d’origine naturelle (végétale ou animale), dits « bio-sourcés », peuvent être utilisés pour l’isolation, et proposent des performances similaires à celles des isolants conventionnels comme les laines minérales.

 

Outre leur impact environnemental réduit, certains matériaux bio-sourcés plus denses, sont intéressant pour améliorer le confort d’été. Cet intérêt, secondaire, peut s’avérer très pertinent pour l’isolation des combles, particulièrement inconfortables en été. On peut alors espérer gagner quelques degrés de moins en pleine chaleur estivale.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Vous avez aussi des questions ? Contactez l’Espace Info Énergie Eau de L’ALE.