L’autoconsommation photovoltaïque : prudence !

Pourquoi Monsieur Alain B. a consulté l’ALE ?

Schéma autoconsommation HespulPropriétaire d’une maison individuelle à Cournonterral, M. Alain B., s’est fait démarcher par une entreprise proposant des panneaux solaires photovoltaïques. On lui propose d’en installer sur son toit pour couvrir ses besoins en électricité (autoconsommation) et de remplacer son cumulus électrique par un ballon thermodynamique.

 

D’après le démarcheur, l’opération lui permettrait, après un investissement d’un peu moins de 15 000 €, d’économiser près de 120 € par mois sur sa facture d’électricité !

 

Soucieux de réduire ses factures énergétiques, Alain trouve l’offre attractive mais voudrait vérifier la viabilité technique et économique du projet. Il décide donc de se rendre à l’Agence Locale de l’Energie Montpellier pour en discuter avec un conseiller de l’Espace Info Energie.

 

Que lui avons-nous apporté ?

Un rendez-personnalisé a été proposé à M. B afin d’étudier plus en détail son projet et identifier le potentiel d’économies réalisables avec une installation d’autoconsommation photovoltaïque.

 

Plusieurs informations essentielles lui ont tout d’abord été présentées par le conseiller, elles sont à prendre en compte en amont de tout projet d’autoconsommation :

  • Sans système de stockage, pour une installation résidentielle, on peut espérer arriver à consommer au mieux 40 % de sa propre production d’électricité. L’utilisation du réseau électrique reste indispensable.
  • L’autoconsommation est principalement effective en journée et en été (production maximale des panneaux) : le dimensionnement de l’installation doit donc s’ajuster aux consommations diurnes et estivales du foyer.
  • Le surplus d’électricité produite, non consommé sur place, peut être soit injecté gratuitement sur le réseau soit vendu (à un tarif d’achat relativement faible).
  • La viabilité économique du projet dépend essentiellement de la partie d’électricité produite autoconsommée : il est donc impératif de minimiser le surplus !

 

Sur le devis, plusieurs informations clés à repérer :

La puissance installée : entre 1 kWc (pour un foyer moyen, en tout électrique) et 3 kWc (pour un foyer ayant beaucoup d’équipements électrique : chauffage de la piscine, climatisation, etc.).

  • Le coût moyen d’un kit de 3 kWc est de 9 000 € (pose comprise, raccordement non compris).
  • Le type d’installation : en autoconsommation avec ou sans revente du surplus.

 

Dans le cas d’Alain (autoconsommation sans revente), les économies réalisables ont été largement surévaluées par le démarcheur : elles peuvent êtres divisées par 2 ! De plus, l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique proposée dans le but d’optimiser les consommations d’électricité (programmation pour chauffe en journée) n’est pas toujours si rentable.

 

Alain, habitant seul avec sa compagne, ne consomme pas suffisamment d’eau chaude pour rentabiliser un équipement aussi coûteux et parfois surdimensionné.

 

Avant de signer, bien se renseigner !

L’installation photovoltaïque en autoconsommation présente de nombreux avantages mais n’est pas toujours viable économiquement.

 

Ce type de projet est particulièrement intéressant pour les foyers ayant une consommation d’électricité estivale importante (piscine chauffée, climatisation, etc), lorsque la toiture disponible est bien orientée et si l’installation est bien dimensionnée !

 

Il est important de bien se renseigner et de repérer les conditions du contrat qui vous sont proposées avant de signer. Le délai de rétractation est généralement de deux semaines.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Les sites de références :

Des informations complémentaires :