Isolation du bâti

isolation murs bois - ALE MontpellierL’isolation thermique permet de réduire vos factures d’énergie, d’éviter les surchauffes l’été et d’accroître votre confort. En effet, les parois non isolées sont froides et provoquent des sensations d’inconfort qui obligent à s’en éloigner ou à élever la température de l’air. Une bonne isolation supprime cet effet de « paroi froide ». Les espaces à proximité des parois deviennent ainsi utilisables et agréables. De plus, l’isolation thermique peut permettre d’améliorer l’isolation acoustique si les matériaux adéquats sont employés.

 

isolation murs - ALE MontpellierL’isolation des murs par l’extérieur  présente de nombreux avantages mais elle n’est pas envisageable sur tous les types de bâtiments (contraintes architecturales ou urbanistiques).

 

Pour aller plus loin

 

 

Le changement des menuiseries  permet un gain important sur le plan du confort surtout si les problématiques liées à l’étanchéité du cadre sont traitées en même temps.

 

 isolation comble ouate - ALE MontpellierL’isolation de la toiture est primordiale. Elle génère un gain important en termes de confort pour les habitants des derniers étages et elle est source d’économie d’énergie pour tous en cas de chauffage collectif.

 

Pour aller plus loin

 

L’isolation de plancher  permet d’éviter la sensation de paroi froide venant du sol. Cette possibilité est intéressante dans le cas de plancher donnant sur des espaces non chauffées type caves ou sur des passages extérieurs.

Mais pour bien comprendre l’intérêt de l’isolation thermique et surtout bien programmer ses travaux il faut comprendre par où s’échappe la chaleur.

 

  • Les points faibles

 Les déperditions thermiques correspondent aux chemins qu’empruntent la chaleur afin de “s’échapper” de l’habitation en hiver ou pour « rentrer » en été. Ces déperditions ont des origines multiples : murs, ventilation, vitrages…

deperdition bati - ministère du logement

ponts thermique - ADEME

Pont thermique – Source ADEME

 

 

Un des autres points faibles lorsque l’enveloppe est déjà isolée sont les ponts thermiques. On les rencontre le plus souvent entre les jonctions de parois, dans les angles, les appuis de fenêtres… Plus on isole un bâtiment plus les ponts thermiques prennent de l’importance (en part relative).

 

 

 

 

 

  • Quelle épaisseur d’isolant ?

La conductivité thermique λ, exprimée en W/m.K, traduit la capacité d’un matériau à transmettre la chaleur par conduction. Plus λ est faible plus le matériau est isolant. Chaque matériau posé possède un λ déterminé par des études thermiques. Par exemple deux laines de verre de même épaisseur mais n’ayant pas exactement la même composition n’auront pas le même lambda et donc pas la même capacité d’isolation.
La plupart des isolants fibreux (type laines de verre, de roche, ouate de cellulose…) présentent une conductivité thermique λ de l’ordre de 0,04 W/m.K. Ainsi, pour obtenir par exemple une résistance thermique de 3,7 m².K/W, il faut une épaisseur d’isolant fibreux de 14,8 cm. La résistance thermique R d’une paroi rénovée (paroi existante + isolant ajouté) doit être supérieure ou égale au niveau minimal réglementaire.

 

A noter ! Pour les aides financières, c’est l’isolant seul qui doit présenter une résistante thermique minimale.

 

Pour aller plus loin

Agence Locale de l'Energie