Le conseil du mois d’il y a (presque) 10 ans…

Nous avons interrogé Monsieur Luc Vallmitjana venu en 2009 à l’ALE pour des conseils sur un projet de maison bioclimatique.

 

Comment avez-vous connu l’ALE ?

A l’époque, l’ALE se trouvait à côté de la place de la Comédie. Je l’ai connu en passant et aussi à travers des animations.

 

Pourquoi êtes-vous venu à l’ALE ?

Je suis venu chercher des idées pour construire mon projet. Je voulais savoir ce qui se faisait, ne pas me lancer « comme ça » dans une maison bioclimatique.

 

Comment s’est passé votre rendez-vous ?

J’ai eu plusieurs rendez-vous à l’ALE et il y en aura peut-être d’autres [rires] ?!  J’ai toujours été bien reçu, bien informé. J’ai rencontré des interlocuteurs pertinents et qui admettaient parfois ne pas savoir (par exemple sur les techniques de pose de certains isolants).

 

Avez-vous eu un rendez-vous marquant ?

Je me souviens d’un rendez-vous plus bénéfique que les autres.

 

A un moment donné il y a eu des réticences pour me délivrer mon permis de construire. Mon projet ne respectait pas la typologie des bâtiments existants, mais les seules contraintes techniques dictées par l’architecture passive.

 

Dans mon cas je n’ai qu’une seule pente de toit, une hauteur qui fait le double d’un bâtiment normal et 70m² de vitrage côté sud. Mon permis de construire a été refusé deux fois.

 

Je suis allé voir l’ALE à ce moment-là pour trouver des solutions et ils m’ont fait une lettre de soutien. Il y été écrit « ce projet est viable et cohérent dans ses calculs et son implantation ». J’ai aussi fait quelques rectifications dans mes plans notamment en rajoutant un mur d’équilibrage optique. Néanmoins je pense que ce soutien a contribué à l’acceptation de mon projet. Ça a montré que le projet était vraiment réalisable.

 

Qu’est-ce qui fait la différence à l’ALE ?

L’ALE m’a montré clairement ce qui est possible actuellement, les filières qui se développent et elle connaît les retours d’expériences. Ce qui n’empêche pas de discuter sur ce qui se fera beaucoup plus tard, tout en restant pragmatique.

 

C’est comme sur internet : vous trouvez de tout. A l’ALE les informations sont filtrées. Les renseignements sont vérifiés plusieurs fois avant d’être transmis.

 

Où en est votre projet aujourd’hui ?

Nous sommes en train de couler le plancher chauffant ! J’ai commencé à étudier ce projet en 2009 et je pense qu’il sera habitable d’ici 3 ou 4 ans.

 

Que diriez-vous à une personne qui se lance dans un projet de maison bioclimatique ?

Pour faire une maison bioclimatique, il faut avoir plus de temps que la moyenne et ne pas avoir cette seule vision financière.  ne pas viser des subventions hypothétiques qui permettent de développer des produits mais qui ont pour effet perverse de faire augmenter les prix.

 

C’est bien plus satisfaisant de le faire en étant convaincu du bienfait que l’on peut produire pour soi et pour la nature. D’autant plus que même si l’énergie solaire est gratuite le confort et la qualité de vie restent dans l’isolation.

 

Recommandez-vous l’ALE ?

Oui, cela m’arrive. En général je dis « Va voir l’ALE tu trouveras des idées, des produits, des gens qui te donneront le bon conseil. Quel que soit le projet il y aura le bon conseil qui va avec. »